AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elle
Inarrêtable
Inarrêtable


Nombre de messages : 11864
Age : 47
Localisation : Han-sur-Lesse
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Dim 3 Juin 2007 - 17:56

(sujet copié-collé en deux messages, car en un seul, le nouveau forum trouve qu'on a été trop long cyclops )

Vanessa :
Sep et sexualité ( 19 May 2007 à 11:48 GMT+1 )
------------------------------------------------------------
Voilà, dans un autre poste certains ont évoqué les pb d'ordre sexuel que peuvent engendrer la sep. Je saute sur l'occasion pour créer un poste spécifique à cette question car j'ai remarqué qu'on n'en parle pas bcp sur le forum alors qu'il s'agit d'un symptôme faisant partie de la sep et loin d'être rare. Cela s'explique sans doute par la gêne que peuvent ressentir les personnes concernées et sans aussi à l'étiquette de "taboo" qui accompagne encore ce sujet.
Néanmoins, comme "anonyme" l'a fait sur l'autre poste, les personnes qui ont des questions peuvent outrepasser cette difficulté en se faisant anonyme .
Elle, pour répondre à ton intervention sur l'autre poste, je ne sais pas si le viagra peut aider lorsqu'il y a une perte de sensibilité. En ce qui concerne un des symptômes que peut rencontrer la femme, c'est justement une altération de la sensibilité à cette zone. Autrement dit, le désir peut être bien présent mais la sensation diminuée.
Vanessa
--------------------------------------------------------------

Elle :

Vanessa,
tu as raison d'évoquer l'anonymat possible pour ces aspects délicats.
Un peu comme l'autre jour, avec UNE phrase de Patricia, je réagissais: "ce" calin, dans un couple, l'un voudrait bien continuer à le donner, mais ne peut plus, l'autre s'attend à le recevoir et ne l'a plus...
...
Ce n'est pas pour autant que l'envie de donner ce calin n'est plus là. Ce n'est pas pour autant qu'on ne se "s'aime" plus (comme si "s'aimer" ne passerait "que" par du physique).
Vanessa, je me répète, mais... tu fais bien d'en faire un sujet à part, bien identifié par son titre. PERSONNE n'ose en parler...
Moi, je ne suis "que" (pour reprendre un terme bien connu) partenaire, mais je constate que le désir est toujours là! Des deux cotés!!!
Bon, de là à "sauter" sur l'occasion ... (bisou, hein!)

ELLE
-----------------------------------------------------------

Babou :
Hello vanessa... un sujet bien tabou pour beaucoup de personnes...
Moi, no prob ... moins se sensibilité, plus de sensualité... ça compense et ça me vas lollll
Quoi que maintenant je suis en pause...donc ça ne me sert pas à grand chose lolll mais pour l'avenir ça rassure...lollll
Pour les hommes c'est plus délicat...ce qu'on comprend ... ils en parlent en demi-silence avec des amis de confiance...
Peut-être que d'autres vont suivres le feu que tu as allumé , ça serait bien...
J'y ai mis ma braise pour réactiver le tout...lollllll
Babou
-----------------------------------------------------------

Vanessa :
Et oui sautons Elle (lol), quel jeu de mots, je n'y avais même pas pensé (hihi).
Par contre j'ai pensé à mettre une émoticone un peu coquine pour le sujet qui s'y prête bien.
Plus sérieusement, je n'ai pas de difficulté à parler de ce sujet (sans doute grâce à mon éducation et surtout grâce à ma formation). Mais je comprends que ce soit plus difficile pour d'autres. Donc voilà qui leur facilitera la tâche.
Moi à ma poussée, je n'avais que 20 ans et justement un nouveau petit copain à ce moment-là (héhé). Quand je suis sortie de l'hôpital, je n'ai pas hésité à demander à ma neuro si je pouvais avoir des rapports (devt ma mère et ma tante, c'était le comble de l'anti-taboo lol). Celle-ci m'avait répondu "oui, mais tu dois t'attendre à ce que la sensation ne soit pas pareille étant donné que tu as des troubles sensitifs". Et effectivement, ce n'était pas pareil (mais tout aussi bien étant donné que les femmes font plus l'amour avec leur tête lol). Heureusement, la cortisone a agit et les choses sont rentrées dans l'ordre. Je ne sais pas si c'était dû à mon âge (20 ans c l'âge de l'amour) mais à l'époque c'était quasi le symptôme le plus important pour moi sur lequel je voulais récupérer (et mon boitillement pour pouvoir danser et remettre des talons aiguilles et oui c con mais c dans c moment-là qu'on se rend compte ce qui nous fait vraiment plaisir et pourtant ce sont des choses futiles en soi).

Vanessa
-------------------------------------------------------------

Elle :
Vanessa: d'après moi, RIEN n'est futile si ça nous aide à nous sentir mieux, à nous sentir bien, à nous sentir "nous".
Par contre, là où je ne suis pas d'accord du tout, c'est quand tu dis "20 ans, c'est l'âge de l'amour"...
C'est, peut-être, l'âge des premiers "amours" sérieux. Mais ... bien plus tard, c'est génial AUSSI!
Bisou,

Elle
-------------------------------------------------------------

Elle :
Babou,
... tabou... ça rime ... idiotement, j'en suis sûre!
Les problèmes d'incontinence semblent communs aux "mâles" et aux femmes ( ) touchés par la SEP.
...
Tout comme pour l'aspect p.ex. "chef de famille", je peux m'imaginer que c'est plus ... compliqué pour un homme que pour une femme d'admettre des "problèmes" de jouissance (disons les mots). Comme dit Vanessa, chez la femme, ça se passe plus "dans la tête".
Mais, je suis VRAIMENT curieuse de savoir si, pour une femme atteinte de SEP, c'est physique, parfois, les problèmes éventuels, ou si c'est "juste" psychologique. (Moi, je ne suis pas atteinte de SEP, mais, dès fois, quand je suis stressée, non, merci, pas envie: la bonne vieille excuse de "j'ai mal au crâne"...)
Un homme et une femme vivent leur sexualité complètement différemment - semble-t-il - alors, je me demande vraiment si, physiquement, pour une femme, une diminution de la libido intervient dans le cadre de la SEP. Car je sais que les hommes peuvent faire appel à des "molécules" chimiques. Quid pour les femmes?
Amicalement, ... hein!
Elle
-------------------------------------------------------------

Babou :
Ça ne rime pas chez moi lollllllllll puisque comme je l'ai dit, je n'ai pas de problème pour en parler...
Je parlais uniquement du sujet donc des problèmes sexuels, mais il est vrai qu'il y a aussi les problèmes de vessie ou de prostate qui vient s'engendrer...
Les problèmes sexuels sont un véritable problèmes chez les femmes comme chez les hommes et c'est loin d'être psy, pour certains je veux dire.Une femme a souvent plus facile à l'accepter, car ça ne se voit pas, si un homme n'a pas d'érection. Je n'ai pas besoin de donner de détails...c'est normal que ça soit bien plus dur pour eux... quant aux traitements qui existent pour eux...c'est parfois bien lourd... car le viagra n'est pas toujours conseillé pour le coeur comme pour d'autres raisons...et se piquer l'attribut pour avoir un orgasme après casse le charme... évidemment il y a d'autres thérapies, mais parfois tout aussi lourde... dans des cas plus grave que begnin je parle...
Si tout ne pouvait être que dans la tête, le monde en serait plus facile à vivre, mais c'est loin d'être le cas...
Moi je comme je l'ai dit j'ai moins de sensibilité, mais une hyersensuatlité développée au manque de sensibilité et évidemment à mon caractère... donc, c'est bonus...mais je connais bien des cas où c'est loin d'être cela et ou le faite de ne sentir presque plus rien de ses membres leur occasionnent bien des problèmes dans leurs jeux de l'amour...
Bonne chance à eux

Elle, tu as tout à fait raison l'épanouissement sexuelle des femmes se fait entre 30 et 40...donc je suis en plein milieu lolllllllllll vais en profiter lolllll (je parle bien d'épanouissement et non de découverte .. je précise pour ceux qui ne comprennent que ce qu'ils veulent bien...)
Et attendant, je vais ranger les jouets de mes fruits de l'amour, mes ptits loups...ça calmera les idées lollllllll
Babou
-----------------------------------------------------------


Dernière édition par le Dim 3 Juin 2007 - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elle
Inarrêtable
Inarrêtable


Nombre de messages : 11864
Age : 47
Localisation : Han-sur-Lesse
Date d'inscription : 24/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Dim 3 Juin 2007 - 17:57

Vanessa :
Oui oups, je me suis mal exprimée. Par l'âge de l'amour je voulais bien entendu dire l'âge de ma découverte . J'étais restée 4 ans avec le même petit copain depuis mes 16 ans (quelle idée de se caser si jeune pff) et donc là je vivais une renaissance avec le nouveau (qui est celui qui partage ma vie ajd hihi et j'espère bien pour toujours).
Mais Babou a raison Elle, je pense que qqun qui a la sep peut avoir des baisses de libido comme tout le monde. Le stress et la depression joue un rôle important dessus(et ! faut pas croire que cela n'arrive qu'aux femmes, la femme qui dit non j'ai la migraine c une légende, cela arrive à tout autant d'homme, mais ils n'en parlent pas). Mais ils existent des pertes de sensibilités qui sont bien somatiques.
Vanessa
------------------------------------------------------------
Hubert :
Apparamment il y a peu d'hommes pour réagir sur ce sujet, et pourtant !
Je lis quelques commentaires amusants, exemple: Babou dit: "...si un homme n'a pas d'érection ... c'est normal que ça soit bien plus dur pour eux..." Là, j'ai pas tout compris ?!?
J'apprécie aussi les remarques de Vanessa: "Les femmes font plus l'amour avec leur tête..." et plus loin: "...la bonne vieille excuse de j'ai mal au crâne..." on dirait ma femme ! J'entends ça tous les jours pour l'instant. C'est déjà pas évident à cause de la SEP, mais si en plus, il faut se farcir tous ces "tue l'amour"...
PS: allons Vanessa, tu écris "avoir des rapports (devt ma mère et ma tante" ça ne se fait pas. LOL
Hubert
-------------------------------------------------------------
Elle :
Hubert ... de mauvais poil, aujourd'hui? (sans jeu de mots, hein )
Merci Babou et Vanessa pour ces explications. Mais donc, il n'existe aucun médicament, aucune "molécule" qu'un médecin pourrait préscrire à une femme pour aider au niveau sexualité?
Hubert, c'est un sujet délicat. Même au sein de son couple, il n'est pas toujours évident d'en parler.
En tant que partenaire non-malade, je peux - après-coup - assurer que c'est un aspect dont il est important de discuter.
Il est vrai aussi que le neuro devrait à chaque fois poser la question, je trouve.
Amicalement,
Elle
------------------------------------------------------------
Hubert :
Non, non, pas de mauvais poil, mais je m'attends à passer une mauvaise nuit car j'ai fait ce matin ma (dernière) cure de Mitoxentrone plus de la Cortisone et avec ça, c'est généralement la nuit blanche garantie.
Hubert
-----------------------------------------------------------
Vanessa :
Je pense qu'Hubert n'est pas de mauvais humeur, au contraire il a relevé nos petites phrases "amusantes" dit-il. Non ?
Elle c un sujet délicat pour les personnes qui le rendent délicat.
Et oui, les médecins ne posent que trop peu svt la question. C'est pour ça que moi je l'ai posée moi-même :d.
Elle en ce qui concerne les molécules miracles, ils faut savoir que les troubles du désirs peuvent être dû à des facteurs très différents et le plus svt c psychologique dc soigner ça avec des molécules :s. Par contre, il existe des services composés d'équipes pluridisciplinaire pour les troubles sexuels et je trouve que les médecins ne dirigent pas assez leur patient vers ces types d'aide qui sont quand même des spécialistes certainement plus aptes à traiter ce type de difficulté.
Vanessa
-----------------------------------------------------------
Hubert :
J’avais bien dit que je ne dormirais pas cette nuit, je vais donc profiter de ces quelques heures d’insomnie pour «étoffer» un peu le sujet.
Les hommes passent par plusieurs étapes au court de leur existence, et même si toutes les étapes que je décris ne sont pas chaque fois des «passages obligés», la plupart s’y reconnaîtront à un moment ou à un autre de leur vie d’homme. Quant aux dames qui me liront, elles auront certainement une pensée émue (ou amusée) pour leur époux ou compagnon.
En fait, on pourrait comparer les hommes à des voitures.
• Pour les pressés, il y a les voitures sportives : fougueuses, elles démarrent au quart de tour, et, grâce à une faculté d’accélération impressionnante, elles libèrent très rapidement toute la puissance développée sous leur capot. Elles sont hélas parfois difficile à maîtriser par certains conducteurs mal informés, et les «sorties de route» ne sont pas rares.
• Il y a aussi les puissantes berlines : après un démarrage tout en douceur, elles atteignent très vite leur vitesse de croisière qu’elles sont capables de tenir sur de longues distances. Sécurisantes, confortables, ce sont d’excellentes routières, mais parfois, tous ces longs déplacements peuvent, à la longue, devenir fatigants et engendrer un peu de monotonie.
• Les familiales «monospaces» peuvent constituer une variante : elles ont souvent les mêmes caractéristiques techniques. Elles sont par contre généralement plus spacieuses et offrent une grande surface de rangement pour y caser les «sacs de voyage». Idéales surtout pour les vacances.
• Pour les baroudeurs, il y a les robustes 4X4 : ce sont de véritables tout-terrains qui apprécient l’aventure et la découverte. Ils sont à l’aise aussi bien sur autoroute que sur d’étroits chemins de campagne. Ils sont capables de se sortir de toutes les situations difficiles souvent en réduisant leur vitesse et en se faisant aider, le cas échéant, par la double traction.
• Il y a surtout la voiture classique de «monsieur tout le monde» dans toute sa diversité : elle convient bien partout, autant pour les retours du bureau que pour les sorties du week-end. Bien sûr, elle n’a pas toujours la puissance souhaitée ; elle est tantôt rapide, tantôt lente au démarrage ; elle est capable de belles accélérations mais peut aussi manquer de reprises dans les côtes. Plus que d’autres, elle est assez sensible aux pannes ; pour y remédier, quelques-uns abandonnent certains jours leur voiture au garage et s’adonnent au «co-voiturage», pas toujours facile à gérer ; d’autres préfèrent les transports en commun, mais il faut bien reconnaître que ceux-ci ne sont pas toujours très propres et qu’on n’y est pas à l’abri de mauvaises rencontres ; de plus ce n’est pas nécessairement moins cher, surtout si on laisse sa voiture dormir seule au garage. En cas de panne, l’idéal est plutôt de remplacer les pièces défectueuses par des pièces de «nouvelle génération», bien sûr, ça ne nous rendra pas une voiture neuve et ça peut coûter un peu cher, surtout si on fait beaucoup de kilomètres, mais ça rendra une seconde jeunesse au véhicule défaillant ce qui n'est pas pour déplaire à ses utilisateurs habituels.
• Il y a encore des «ancêtres» qu’on ne sort plus qu’aux grandes occasions : Malheureusement, beaucoup de ces ancêtres ont souvent besoin d’une main experte et d’un bon coup de manivelle pour démarrer. On y trouve quelques vieilles américaines encore en bon état, mais qui consomment énormément, il y a aussi d’anciennes petites européennes, mal entretenues et peu performantes, ainsi que quelques antiquités, parfois presque centenaires, avec un moteur poussif et polluant.
• Enfin, il reste toutes les épaves, résultats de l’usure du temps ou d'accidents, souvent stupides, profondément injustes, généralement imprévisibles, mais auxquels tous sont exposés. C’est ainsi que se retrouvent côte à côte la Porsche rutilante, la puissante Mercedes, la spacieuse Sharan, la solide Land Rover, la petite Clio, la vieille Cadillac ou la mythique 2CV parmi toutes ces anonymes, victimes du même mal.
Voilà, avec un peu d’humour, le fruit de mes cogitations lors de cette nuit blanche. J’espère ne pas avoir été trop long.
Sur ce, bonne nuit, ou ce qu’il en reste. Je me rattraperai demain…
Hubert
-------------------------------------------------------------
Claudette :
bonjour Hubert
J'espère que tu vas mieux.
J'ai vraiment apprécié ta description de l'homme. C'est génial et tellement vrai. Ce qui est malheureusement vrai aussi, c'est qu'avec la sep une rolce-royce peut devenir un vieux tacot que même des coups de manivelle de mains expertes n'arrivent plus à faire démarer.
Claudette
Elle :
Vanessa, d'accord sur tout
Hubert, excellent!
Claudette, tu as raison. Mais ça arrive aussi à une Lada
Bonne journée à tou(te)s
Elle
------------------------------------------------------------
anne :
merci hubert ,pour cette illustrations humoristique,qui ma permis de sourire,ce qui ne m arrive plus souvent ces derniers temps
anne
-----------------------------------------------------------
Mimi :
Hubert, tout en finesse !!!!
Mimi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steph
Incroyable
Incroyable


Nombre de messages : 2478
Age : 70
Localisation : Verviers
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Dim 3 Juin 2007 - 18:15

moi...Comme d'hab,j'aborderais le sujet avec humour...Quoique au départ je ne riais pas vraiment donc:
C'est trois hommes qui discutent. Le premier a 20 ans, le deuxième en a 40, et le troisième a 60 ans.
Le premier dit:
- Moi je bande quand je veux!
Le deuxième dit:
- Moi je bande quand je peux!
Le troisième dit:
- Bande de chanceux! lol! lol!
tout ca pour vous dire que depuis l'age de 41 ,mamy n'a plus "le feux sacré" visite chez le toubib,verdict sep,moralité de l'histoire...Saleté de sep Exclamation
j'y pense et puis j'oublie (air bien connu) lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanilleee
Incroyable
Incroyable


Nombre de messages : 1289
Age : 34
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Dim 3 Juin 2007 - 23:16

Lol


Dernière édition par Vanilleee le Mar 30 Juin 2009 - 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leito
Expert
Expert


Nombre de messages : 194
Age : 43
Localisation : Belgique (Liège)
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Lun 9 Juil 2007 - 19:03

J'ai eu des problemes de vessie ce qui casse un peu le côté "bien être" dans son lit...
Pour le moment c'est passer, mais je suis seul, donc sa ne me sert plus a grand chose si ce n'est mon propre confort.

Pour ce qui est de ma sexualité, j'ai toujours été plustot un 4x4... Curieux de tout, toujours a l'écouter et à entamer et chercher la discussion entre 2 ébat pour encore mieux ce connaitre et tanter de nouvelle chose.

Les problemes de la SEP...
Je ne sais plus bander aussi bien qu'avant, plus aussi longtemps. J'étais plustot du style maratonien... Je jouis, on papote un peu et on recommence dans la sensualité, le plaisir ect...
Pour finir par ne plus avoir que des orgasmes mais sans éjaculation qui me permettait de continué d'avoir une érection.
Par ailleur, une érection n'est pas tout le temps nécéssaire pour faire l'amour.
Ce qui manque, c'est l'exitation, le désir à cause de la fatigue dû a la SEP et ça ça CASSE TOUT. Plus d'érection, plus d'exitation ect...

Je suis anéjaculateur maintenant, c'est a dire que je n'éjacule presque plus.
Donc, si je suis exité, je le reste et je dois m'arreter à un moment donner ou l'autre et en fonction de ma compagne.
Je ne sais plus trouver suffisement d'exitation que pour éjaculé une fois de temps à autre qu'en me masturbant avec l'aide de ma compagne.
Sa a été tres dure a vivre pour elle, ce sentiment qu'elle ne m'apportait rien, pas de plaisir. J'ai dû lui expliquer qu'il y a bien des manière de prendre du plaisir et meme si moi je lui faisait une minette ect... mais que je me couchais apres car trop fatiguer que pour penser a commencer a tenter de bander et puis que sa va durer 30 a 45minutes pour essayer d'éjaculer (ce qui n'arrive que une fois sur 5 encore) j'en avais marre a l'avance.

Vous imaginez facilement les situations parfois difficile moralement que sa implique.

Sa aussi a contribué a foutre notre couple en l'air, quand j'étais trop fatiguer je la "baisais" comme elle me le disais, je ne lui faisais pas l'amour, pas assé de force mais je voulais quand meme entretenir nos rapport.
Au plus mal, je lui ai dis qu'elle pouvais trouver son plaisir avec un autre homme si elle le voulait, que j'étais amoureux d'elle ce qui est vrai et que sa ne me posait pas de probleme car on ne ce trompait pas dans le coeur.
Mais c'est pour elle que sa a été le plus difficile a gérer...

Enfin, je n'aime pas revenir la dessus, ce fût une période dure à vivre.
Et dorénavant, je ne sais pas ce que serra ma sexualité avec une autre femme.
Je suis assé porté sur la chose, j'ai fais des parties a 3 (homme et femme), j'ai connu une femme plus agée que moi qui pratiquais le tantra ect...
J'ai beaucoup aimé cette période de ma vie ou tout me paraissait si facile et naturel.

Mais désormais, c'est devenu tres compliquer. Rien que d'y penser, je perd mon érection...

Voila, si vous voulez me poser des questions j'y répond sans détour, pour moi le sujet n'est en rien tabou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanilleee
Incroyable
Incroyable


Nombre de messages : 1289
Age : 34
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Lun 9 Juil 2007 - 20:25



Dernière édition par Vanilleee le Mar 30 Juin 2009 - 16:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leito
Expert
Expert


Nombre de messages : 194
Age : 43
Localisation : Belgique (Liège)
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Lun 9 Juil 2007 - 20:44

Je sais tout ça. Mon ex était mariée a un éjaculateur tres précoce, il c'est pris en charge et le temps qu'il lui fallait pour éjaculer etait de 22seconde !

Mais l'inverse est tout aussi néfaste. 3h de rapport tous les jours voir plus si elle n'est pas fatiguée, sa tue l'amour, même si c'est doux et sensuel, parfois sauvage et puis on redescend, on fais des coquineries ect... on s'explore quoi.

Elle n'allait pas voir un inconnu pour lui demander de faire l'amour. Elle a fait du sexe avec un tres bon ami que je connais et chez qui elle allait parfois ce confier et pleurer. Elle avait besoin de tendresse et de calin quand moi je n'étais pas capable d'en donner.
Il y a des fois ou sa a durer plus de 3mois, je suis un vrai zombie parcequ'avec le syndrome d'asperger en plus quand je suis fatigué je suis un anorexique de la relation humaine... et c'est vraiment tres peu de le dire.
Pour sauver notre couple, je l'ai poussée dans les bras de cet ami ect... Mais sa lui a démonté un peu trop la tête comme tu le dis de faire l'amour avec quelqu'un d'autre que celui qu'on aime.

Cette période nous a trop abîmé, on ne s'en est jamais vraiment remis. Quand on en reparle maintenant que nous sommes devenu ami, elle le dit que cette période a brisé quelque chose en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marianne
Brave
Brave


Nombre de messages : 826
Age : 52
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Mar 18 Sep 2007 - 22:43

C triste Fitz je te comprend.......
Mtn il faut tournez la page et regarder devant toi, c ta seule chance
Ne pas ressassez le passé et je sais de koi je parle

Plein de courage a toi et gros bisous flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leito
Expert
Expert


Nombre de messages : 194
Age : 43
Localisation : Belgique (Liège)
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Mer 19 Sep 2007 - 1:33

Marianne a écrit:
C triste Fitz je te comprend.......
Mtn il faut tournez la page et regarder devant toi, c ta seule chance
Ne pas ressassez le passé et je sais de koi je parle

Plein de courage a toi et gros bisous flower

Je ne peut l'oublié, un jours peut etre mais cette année, ni la suivante ni celle d'apres.
On ce voit en temps qu'amis. J'ai mis pour elle mon amour indéfectible dans l'ombre afin qu'elle ne s'en attriste pas mais parfois elle le sent quand même, sa a toujours été comme cela entre nous, nous ne savons rien nous cacher bien longtemps.

Je lui reste fidèle dans le coeur, dans l'âme et dans le corps même si j'ai tenté une seul fois de l'oublié avec une autre. Mais cela m'a dégouté.

Je l'Aime, c'est l'amour de toute une vie. Il n'en existe pas deux comme elle. Nous ne pouvons vivre ensemble et elle a plein de problème affectif avec les hommes qu'elle rencontre, ne sais avoir de relation stable. Elle suit une thérapie pour cela depuis peu. J'espère que sa l'aidera dans sa vie affective, mais elle aussi dit qu'elle n'espère plus trouver ce qu'elle désir vraiment et elle dit etre sur de ne jamais retrouver ce que nous avons vécu.

Que nous c'était et serra toujours bien au dela de toute forme d'amour. C'était la fusion complete et total de deux âme.

Elle continue et ce bat pour vivre, elle a sa dans les trip, elle est forte malgré toutes ses déconvenues.

Moi je ne veux pas/plus chercher meme si je le manque est cruel parfois.

Je l'Aime, c'est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabito
Brave
Brave


Nombre de messages : 389
Age : 53
Localisation : La Louvière
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Mer 19 Sep 2007 - 23:26

Fitz,vraiment très beau ce que tu écris....Tu devrais lui envoyer !
Moi on m'envoie cela ,je reviens.....
Penses tu vraiment que l'on puisse se quitter parce que la technique n'est plus au top ..... Avez vous vraiment parler de cela ensemble.Aimer ce n'est pas une prouesse technique et la pénétration n'est pas le seul moyen de se sentir aimer.Aimer quelqu'un c'est faire les gestes qui lui procuront du plaisir !
Il y a plein de façons de s'aimer.Et puis le"feu" des premiers mois dans un couple se transforme en chaleur plus douce mais continue.Je n'ai plus des rapports aussi nombreux ou intenses avec mon compagnon mais cela ne me pose pas de problèmes car je n'évalue pas son amour à la fréquence ou la technique et heureusement lui non plus....
J'ai connu quelqu'un très porté sur la chose donc c'était le top.... mais je ne suis plus avec lui.Je ne pense pas que c'est cela qui rende une femme heureuse.... C'est sûr que te refermer et l'ignorer comme tu le faisais,cela a dû lui faire beaucoup de mal.Mais cela tu peux le changer.... Il faut dialoguer !
Pourquoi ne pas tenter une réconciliation franche ?
Tu ne vas peut être pas trouvée mon idée senssée mais que risques-tu ?
Commence par lui dire ce que tu as écris ici......
A bientôt Fabienne flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Leito
Expert
Expert


Nombre de messages : 194
Age : 43
Localisation : Belgique (Liège)
Date d'inscription : 06/06/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Jeu 20 Sep 2007 - 3:10

Ho... si tu savais les heures que l'on a passé à en discuter. De tous les points qui font un couple, pas seulement la sexualité.
Elle est psychologue/sexologue. Sa ne veut pas dire que le cordonnier est le plus mal chaussé, mais l'inverse non plus.

On a toujours eu un dialogue hyper franc et toujours tres ouvert. On ne sait rien ce cacher. On ce connait trop bien l'un l'autre.
Le feu comme tu le dit, nous il est rester pendant 3ans. C'est ça qui nous a épuisé, on n'a pas su faire un couple sur un amour plus calme et durable...

Au début nous passions des week-end entiers à explorer nos corps. Apres on a fait des petites soirée film et écrit sur ce que l'on a rescentis de fort.
On a parler et parler, toujours et toujours.
On a fais quelques truc ensemble en dehors de la maison, mais en générale on ce retrouvais fin de sa journée de travail pour manger, s'occuper de son gamin que j'aime beaucoup et une fois au lit ce faire un petit calin ou un grand calin ce qui l'a beaucoup épuisée car elle devait ce lever pour aller bosser et moi pas...

Mais sa s'est un peu calmer dans le temps quand même. Seulement c'est rester tout aussi fort et encore plus intense. Meme dans nos discussion les émotions étaient à fleur de peau et elle a pleuré souvent.
Nous nous sommes séparer 3 ou 4fois. Je voulais qu'elle aie la liberté d'avoir d'autres aventure puisque la notre ne tournais pas rond. Je voulais qu'elle connaisse un peu d'autre chose tout en sachant au fond de moi qu'elle me reviendrait sans doute.
Elle a été tres déçue à chaque fois. Mais elle me cherchait, elle nous cherchait dans les autres relations qu'elle a eu.
Alors sa ne pouvais marcher.

Je lui en ai écrit des poèmes, des textes sur mes sentiments, elle a fait de même, toujours aussi fort et intense.

Lorsque j'ai commencé à avoir de mauvaise érections, vu que nous étions tres curieux et inventif nous avons évidement trouver bien des moyens de faire l'amour, les moyens ce n'est pas ce qui manque.

Mais une passion n'est pas faite pour vivre éternellement. Je n'ai pas su être assé sociable que pour assumer ma part dans le couple. Elle en prenait trop sur ses épaules et c'est retrouvée vidée.

Depuis que nous sommes définitivement séparré. Nous avons encore reparler de nous remettre ensemble. Mais j'ai certains problème psy du a mon syndrôme d'asperger que je dois affronter avant.
Et puis elle a peur, et moi aussi, peur de retomber dans les travers des autres fois.
J'ai bien tenter de faire de tres gros effort, mais j'ai un certain capital énergétique pour les contacts sociaux à gérer du a mon syndrôme d'asperger et puis a cette foutue SEP qui est venu tout chambouler dans mon organisation.
Je me force trop et au bout d'un temp je tombe en période de reconstruction comme dit irène knodt-lenfant spécialiste en autisme.
C'est a dire que je dois me cloitre et ne plus recevoir aucun stimulis des 5sens ect... c'est comme une pile qui est trop chargée et doit ce décharger de toute cette électricité et suivant si j'ai été trop loin ou pas, cette période peut durer de 3jours a 3semaine...
J'avais appris a géré cela et reconnaitre quand je vais trop ou quand je dois m'isoler un peu pour ne pas tombé dans 3jours plein ou je n'ai plus la force de montré aucun désir affectif de quelques manière que ce soit. Mais la SEP a foutus le souc dans mon organisation. Cette fatigue qui vient sans prévenir a été dure a gérer.

On ne sais pas passé une semaine sans ce voir.
On ce voit 3 a 4fois par semaine quand c'est pas plus, elle vient passer une soirée ciné et dormir dans mon lit (cela fait longtemp que je dors dans mon canapé car j'y dors mieux).
Je ne cache rien, alors voilà, je suis devenu anéjaculateur. Je n'arrive plus trop a éjaculer ce qui a été dure a gérer dans le désir pour elle aussi. J'avais besoin de rapport tres long, pour moi 1h ne suffis pas dutout et a force sa lasse et sa épuise, on perd l'exitation et on abandonne.

Seul chose qui reste encore mais qui la fait culpabilisé un peu de ne pas pouvoir me donner le changer, je la fais encore jouir tres bien. Elle m'a toujours dit que personne ne la faisait jouir aussi bien que moi par le cunilingus ou la stimulation de son point G avec 2doigt... je sais je parle cru, tampis...
Elle a meme fais femme-fontaine de temps à autre ce qui ne lui était jamais arriver (femme fontaine, ce sont les glande de Skin qui libère par get ou un petit flot je ne sais plus quoi comme liquide, je ne sais pas si c'est la meme chose que la cyprine).

Je prend beaucoup de plaisir à pouvoir partager ces moments de tendresse encore entre nous temps qu'elle n'est avec personne et n'a pas de relation stable.

Enfin, bref, je me suis assé étendu sur tout cela.
J'en reste dingue amoureux et cela la pertube souvent et l'attriste car elle voudrait me voir heureux et amoureux aussi évidement...
Mais nous resterons toujours âme soeurs pour la vie. Si nos compagnons/compagnes respectif n'accepte pas notre relation d'âme soeur, alors c'est que ce n'est pas le/la bonne personne car rien ne pourra nous séparrer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marlène
Brave
Brave


Nombre de messages : 427
Age : 35
Localisation : Dinant
Date d'inscription : 26/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Jeu 20 Sep 2007 - 19:18

Quel amour!

Je me demande comment ça se fait que je vois seulement ce poste.
geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.comiteleffe.be
Vanilleee
Incroyable
Incroyable


Nombre de messages : 1289
Age : 34
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Ven 21 Sep 2007 - 22:08



Dernière édition par Vanilleee le Mar 30 Juin 2009 - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fabito
Brave
Brave


Nombre de messages : 389
Age : 53
Localisation : La Louvière
Date d'inscription : 25/05/2007

MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Sam 22 Sep 2007 - 17:59

Je suis d'accord avec Vannessa.A lire ton dernier post,je pense que votre relation était passionnelle ... trop à mon avis.
Malheureusement c'est tellement fort que cela ne peut durer toute une vie.....
Ce n'est pas de l'amour pour moi car sinon vous seriez toujours ensemble qu'importe tes problèmes de santé.......
Cela va être dur de tourner la page surtout si vous continuez à vous voir régulièrement ....
Avec le temps.
A bientôt , Fabienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee   Aujourd'hui à 2:07

Revenir en haut Aller en bas
 
SEP et sexualité - Auteur: Vanilleee
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu est l'auteur du mal ????
» Site internet et droits d'auteur
» Intervention auteur de romans policiers college
» peut on vivre de ses droits d'auteur et du travail avec des éditeurs ?
» méthode fiche biographique auteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUM SEP -Votre espace de discussion... http://ligue.ms-sep.be :: La SEP :: Poussées-
Sauter vers: